Aperçus sur les terrains : quelques études de cas

Nous présentons ici quatre synthèses de données issues des études de cas du projet. Les textes illustrent les situations couvertes et les problématiques de pollution rencontrées , avec une focalisation sur les aspects socio-politiques  (coalitions,
pressions civiques et médiatiques) . Les noms des territoires sont fictifs pour des raisons d’anonymisation.

Cas de Villemeur

Cas de Gattefeuille

Cas Bénéracq

Cas de Malesterre

Congrès « Contaminations, environnement, santé et société », Toulouse 2018

Eau potable, agriculture et dilution des normes : comprendre les variations territoriales dans la politique de protection de l’eau en zone agricole

https://cess.sciencesconf.org/

Joan Cortinas-Muñoz, Matthieu Grossetête, Renaud Hourcade, Jean-Pierre Le Bourhis

Depuis une vingtaine d’années, les dispositifs d’action publique se succèdent pour tenter de réduire les impacts des pratiques agricoles sur la qualité de l’eau, particulièrement lorsque celle-ci est utilisée comme source d’approvisionnement pour l’eau potable (Directive-cadre de l’eau, lois « Grenelle »…). Malgré un système d’indicateurs, de normes et de régulation homogène à l’échelle nationale,  on constate une grande variabilité de situations d’un territoire à l’autre.  Ces différences dans le rapport localisé aux enjeux de santé lié à la pollution de l’eau rappellent que le rapport au risque et à son gouvernement, loin d’être uniforme, est redevable de contextes sociaux et économiques particuliers.La communication propose de mettre en évidence ces rapports territorialisés à la pollution et leurs déterminants en mobilisant les résultats de plusieurs terrains d’enquêtes à travers la France (n=6). Elle se base sur des données empiriques traitées comparativementà partir du recueil d’archives (presse locale, documentation technique et d’expertise, archives de débats publics) et d’entretiens semi-directifs réalisés avec les acteurs impliqués sur ces dossiers (élus, militants associatifs, cadres de l’administration publique, syndicalistes agricoles, etc.).

 

Séminaire de formation, « Global School in Empirical Research Methods », Ljublana

Présentation de SATORI

 

Deux membres de l’équipe SATORI ont participé à Ljubljana à une formation en « quali-quanti comparative methods ». Cette formation a eu lieu dans le cadre de la « Global School in Empirical Research Methods » (http://www.gserm.ch/) et a été assuré par le Pr. Charles Ragin.  Pionnier et concepteur de cette méthode, qui vise à produire des analyses parcimonieuses qui tiennent compte de la diversité des cas d’étude inclus dans une recherche (http://www.u.arizona.edu/~cragin/cragin/). L’objectif de la méthode, à la différence des analyses de régression ou d’autres méthodes basés sur l’algèbre linéaire,  est d’identifier les différentes  « recettes » causales qui mènent au même résultat.

La formation comptait plus de 20 chercheurs en science politique et économie venus d’une dizaine de pays. Lors de cette formation nous avons essentiellement appris à manier le logiciel qui permet de faire les analyses quali-quantitatives ainsi que les fondements de la méthode qui justifient ce type d’analyses. La prochaine étape consistera à mettre en pratique les principes de la QCA dans l’analyse des variations dans les formes de régulation des pollutions de l’eau en France.  

Discussion sur la méthodologie SATORI à l’atelier ‘Coalitions multiniveaux’ / AFSP 2017

L’équipe SATORI a présenté et discuté sa communication  à l’AFSP 2017, à Montpellier, dans le cadre de la section thématique 23, « Coalitions Multiniveaux d’action publique. Théorie et méthode ».(voir section Colloques et congrès)

Merci à Gilles Massardier et Jérémy Robert pour l’organisation de ce débat scientifique stimulant et pour la mise en perspective avec les autres travaux présentés, notamment le projet BlueGrass.

Des échanges à poursuivre et des chantiers multiples à l’horizon (comme l’indique l’écran derrière Gilles sur la photo !).

 

Le carnet de recherche

Ce carnet documente les avancées du projet scientifique, SATORI consacré aux usages localisés des savoirs toxicologiques et à leurs conséquences sur la régulation des pollutions toxiques.

Pour cela, SATORI propose une analyse comparative d’une série de cas en France centrés sur des activités de planification et de surveillance des milieux aquatiques mobilisant des savoirs toxicologiques. Le projet porte de façon privilégiée sur les situations où demeurent des incertitudes fortes et non réductibles, qu’elles soient liées à la nature des substances et des causalités en jeu (perturbateurs endocriniens) ou à celle des situations concernées (pollutions diffuses ou combinées).

A partir d’un inventaire de sites de pollutions de l’eau correspondant à ce profil, la recherche compare une série de cas pertinents, sélectionnés pour couvrir des configurations variées d’emploi des savoirs sur différents ressorts d’intervention (cadre local ou régional). En s’appuyant sur une collaboration étroite entre spécialistes des sciences humaines et toxicologues, il s’intéresse en particulier à la configuration des acteurs locaux en charge de l’administration du risque comme de l’expertise et au rôle des autres parties prenantes, leur accès à l’information spécialisée et leurs interventions.

La description des cas inclue la façon dont les savoirs toxicologiques relatifs aux polluants sont intégrés à la décision publique, les pratiques de prise en charge de l’information et de traitement des signes précurseurs. Par la comparaison, l’objectif est de faire émerger des régularités dans la prise en compte des dangers toxicologiques et les principales formes d’interaction